top of page

(voyagez camping) La débâcle

Dernière mise à jour : 2 avr.

RISQUE DEBACLE


La débâcle des glaces des rivières est un phénomène naturel qui se produit généralement au printemps lorsque les températures commencent à augmenter.


 Pendant l'hiver, les cours d'eau gelés accumulent des couches de glace,









mais lorsque le temps se réchauffe, la glace commence à fondre et se détacher.


Ce processus de fonte rapide de la glace entraîne une montée soudaine du niveau de l'eau dans les rivières, provoquant ainsi la débâcle des glaces.



La débâcle des glaces est un élément important du cycle hydrologique des régions où les hivers sont rigoureux et où les cours d'eau gèlent régulièrement. Elle contribue au transport des sédiments et à la régulation du débit des rivières, et elle peut également avoir des effets écologiques importants en influençant les habitats aquatiques et en favorisant le mélange des eaux.



Effectivement, la débâcle des glaces peut présenter des dangers significatifs. Lorsque de gros morceaux de glace se détachent et se déplacent le long de la rivière, ils peuvent obstruer le cours d'eau en formant des barrages de glace.






 Cela s'est produit ici en 2017, où un barrage s'est formé pendant la nuit au pont de la rue de Bravy, à hauteur de la propriété de la Datcha, dans le resserrement du virage de la rivière.



Ce barrage a rapidement augmenté le niveau de l'eau en amont, notamment sur le camping, ce qui a entraîné des inondations soudaines et destructrices.





Lorsque la glace en mouvement entre en collision avec des structures telles que nos arbustes, nos berges ou nos installations,








cela aggrave les dommages qu'elle a déjà causés par les inondations. En raison de ces dangers, il est crucial pour nous de surveiller attentivement les conditions de la glace pendant la période de dégel et d'essayer de prendre des mesures préventives pour réduire les risques d'inondations et de dommages matériels inhérents à ce phénomène.




 Non seulement la débâcle génère un danger en constituant un barrage "naturel" de glace qui fait monter le niveau de plus d'un mètre en quelques heures, rendant les installations complètement inaccessibles en raison de l'enchevêtrement des blocs de glace de plusieurs mètres carrés et centaines de kilos,


mais également lorsque la pression générée sur ce barrage provoque sa rupture, libérant un mur d'eau et de glace sur ceux qui sont en aval, détruisant et emportant tout sur son passage.




Les débâcles ne datent pas d’hier dans la vallée de la Semois


"En 1871, l’eau mêlée de glace avait envahi l’église de Bohan bien avant que n’arrive en hâte le sonneur pour donner l’alarme. Le 26 janvier 1891, il fallut l’intervention du Génie pour dégager la route des Hautes-Rivières à Nohan, recouverte de sept mètres de glaçons disloqués. On raconte qu’un énorme glaçon déposé par l’eau devant l’église n’était pas encore fondu à la Saint-Jean, en juin "




13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page